Pourquoi pas?

Libre de DisCuter!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 16 AOUT 1977

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3734
Localisation : Six Fours les Plages
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: 16 AOUT 1977   Ven 10 Aoû 2007 - 23:51

le 16 aout 1977
ou étiez-vous ? et que fesiez-vous ?

moi , j'étais à Djibouti , je faisais mon service militaire sur le porte-avion Foch . Je me souviens du 16 aout , car ce jour là , un camarade nous rejoint d'un air complétement lugubre et nous annonce !!

ELVIS EST MORT !!

il avait les larmes aux yeux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

http://www.dailymotion.com/relevance/search/elvis+presley+love+me+tender/video/x2f0rk_elvis-presley-love-me-tender_creation



_________________
c'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches
Victor Hugo

https://www.facebook.com/patvar.inco
http://www.dailymotion.com/patvar


Dernière édition par le Mer 15 Aoû 2007 - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/patvar
mimi2

avatar

Nombre de messages : 2914
Age : 65
Localisation : six fours les plages
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: 16 AOUT 1977   Sam 11 Aoû 2007 - 0:23

J'étais en vacances à SALOU en ESPAGNE et nous campions, tous les gens du camping , disons presque tous, ont versé une larme en commentant l'évenement. Français , espagnoles, anglais, allemands etc..

C'était très émouvant. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3734
Localisation : Six Fours les Plages
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: 16 AOUT 1977   Mer 22 Aoû 2007 - 16:59

ETATS-UNIS

Des milliers de fans
commémorent la mort du King


NOUVELOBS.COM | 17.08.2007 | 09:45
16 réactions

Venus du monde entier, les admirateurs d'Elvis Presley assistent aux commémorations organisées à Memphis, à l'occasion des 30 ans de la mort de la star du rock.



Elvis Presley lors d'un concert en 1972 (Sipa)

Des milliers de fans d'Elvis Presley ont bravé une chaleur écrasante de 40,5°C, affluant du monde entier, mercredi 15 août, pour se joindre à une procession commémorative à la veille du 30e anniversaire de la mort du King. La chaleur a même causé le décès d'une fan, une femme de 67 ans. Malgré la perspective d'une autre journée caniculaire, certains fans ont commencé à prendre position pour la veillée aux chandelles dès le matin, plantant des ombrelles et plaçant des chaises pliantes sur le trottoir, le long du Boulevard Elvis Presley qui compte quatre voies. La veillée de commémoration devait se poursuivre toute la nuit jusqu'à jeudi, jour anniversaire de la mort d'Elvis Presley.
Une fan morte de chaleur
Les fans ont défilé en procession, tenant des bougies à la main, devant la tombe de la star, dans un petit jardin derrière son ancienne demeure, Graceland. De nombreux fans apportaient des fleurs, des animaux empaillés et des petits cadeaux à déposer sur la tombe. Une fan, une femme âgée de 67 ans originaire du New Jersey, a été retrouvée morte sous une tente dans un camp installé près de Graceland. Le bureau du médecin légiste a expliqué que cette femme souffrait de problèmes de santé chroniques mais la chaleur est un des facteurs ayant entraîné son décès. Les températures à Memphis devraient se maintenir autour de 38 degrés Celsius jusqu'à au moins vendredi, selon l'agence américaine de météorologie.
"C'est mon amour pour Elvis qui parle"
Tom Vigil, 42 ans, originaire de Denver était bien décidé à ne pas laisser la chaleur contrarier ses plans, même avec un morceau de poumon en moins à cause d'une récente opération chirurgicale. Vêtu d'un costume noir à la Elvis, Vigil tirait derrière lui un réservoir à oxygène relié à un tube respiratoire fixé sur son nez. "Je ne suis pas au mieux de ma forme, mais je voulais être présent et participer à ça", a-t-il confié. Une autre inconditionnelle du King, Mary Powell, a affirmé qu'elle s'était placée dès 5h00 du matin sur le parcours de la procession. "Beaucoup diront que je suis folle, mais c'est mon amour pour Elvis qui parle. Il a tant fait pour ses fans", a-t-elle expliqué.
75.000 admirateurs attendus
Cette veillée est le point culminant, le moment le plus populaire et solennel de toute une semaine de concerts, danses, projections de films et autres festivités organisées à Graceland pour les 30 ans de la mort d'Elvis Presley. L'artiste de légende, salué dans le monde entier comme le King, est mort le 16 août 1977 à l'âge de 42 ans, d'une maladie cardiaque aggravée par la consommation de drogue. L'Office de tourisme de Memphis attendait 75.000 personnes au cours de cette semaine de festivités. Trente ans après sa mort, Elvis continue de rapporter chaque année plus 40 millions de dollars (29,6 millions d'euros). Ce succès commercial fait de lui la deuxième personnalité décédée la plus rentable en 2006, derrière le chanteur de Nirvana Kurt Cobain, selon le magazine Forbes. (AP)

_________________
c'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches
Victor Hugo

https://www.facebook.com/patvar.inco
http://www.dailymotion.com/patvar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/patvar
Pat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 3734
Localisation : Six Fours les Plages
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: 16 AOUT 1977   Mer 22 Aoû 2007 - 17:03

Elvis sans fin
La maison natale d'Elvis Presley à Tupelo, Mississippi. (Reuters)

A l’occasion des célébrations monstres du trentième anniversaire de la mort du King, Gabriel Segré, ethnologue, décrypte les raisons et les conditions de l’avènement du mythe Presley.
Par LUDOVIC PERRIN
QUOTIDIEN : jeudi 16 août 2007


Le 16 août 1977, Elvis Aaron Presley était retrouvé mort dans les toilettes de Graceland, sa résidence de Memphis (Tennessee). Il avait 42 ans. Cette année, anniversaire des trente ans de sa disparition oblige, les célébrations de la traditionnelle «semaine Elvis» prennent à Memphis une allure particulière. Débauche de colloques, expositions, services religieux (selon un sondage de la chaîne CBS, 7 % des Américains, soit environ 20 millions de personnes, pensent qu’Elvis est toujours vivant), concert-hommage avec apparitions, pour de vrai, de la veuve, Priscilla, et de leur fille, Lisa-Marie, et bien entendu, pour les 50 000 fans qui jusqu’à dimanche se bousculent sur les lieux du King, visite obligée du sanctuaire de Graceland, classé monument historique depuis 2006.

Gabriel Segré, ethnologue, maître de conférences à l’université Paris X et guitariste amateur, explore depuis dix ans le mythe Presley. Après le Culte ­Presley (2003, éd. PUF), il vient de publier Au nom du King (éd. Aux lieux d’être), et prépare un troisième ouvrage sur le sujet, Elvis est vivant, résurrection d’un roi (titre provisoire).
Sur quoi repose le culte Presley ?
Sur la construction d’un récit. Dès 1977, une succession de biographes, de son cousin à sa cuisinière, œuvrent à sa mythologie. Ils le divinisent, le sacralisent, l’héroïsent. Elvis, à la base, c’est l’histoire du self-made man si emblématique du rêve américain, un gosse d’origine modeste qui devient une star - mais consensuelle. Les différentes facettes de son personnage permettent à chacun de s’y retrouver, les radicaux comme les conservateurs. Il y a le provocateur, le rebelle, l’amant sensuel, celui qui fréquente les bas-fonds, mais aussi le citoyen idéal, bon père, mari exemplaire, qui lit la Bible et offre des fauteuils roulants aux handicapés. Même si certains ont cherché à le diaboliser en pointant sa fin de carrière bouffie comme symbole d’un impérialisme déclinant, c’est ce versant que les biographes ont privilégié. En gommant les zones obscures, ils ont ramené Elvis vers une légende dorée, une vie de saint. Son histoire ne se limite pas à celle d’un chanteur qui enregistre des disques. Elle est biblique, celle d’un martyr qui se sacrifie pour son public, qui porte sa croix pour apporter du bonheur sur terre. Comme le Christ, il posséderait des pouvoirs surnaturels pour soulager de la douleur.
Mais pourquoi lui ?
De son vivant, il bénéficiait déjà d’une ferveur immense. Il correspondait dans l’après-guerre aux ­aspirations de toute une génération à écouter autre chose ­que les produits hégémoniques des majors. Mais, contrairement à Marilyn, au Che ou à James Dean, son terrain a été plus favorable. Au lendemain de sa mort, des messes s’organisent, des déplacements s’effectuent du monde entier vers Graceland. On note surtout une communauté prête à investir sur sa postérité. Elvis, c’est une source de revenus importante pour la «Memphis Mafia» (sa cour), ses ayants droit, mais aussi pour l’industrie, du disque (RCA), du cinéma (MGM) et du tourisme (Memphis). Personne n’a intérêt à ce que les revenus s’amenuisent. Les autorités américaines également ont intérêt à ce que cette image consensuelle des valeurs américaines triomphantes, conquérantes, continue de s’exporter. Les sociétés modernes ont besoin d’idoles. Et l’entreprise Presley transforme la maison familiale de Graceland en musée, érige des statues partout dans le monde, rebaptise des rues, des parcs, organise des pèlerinages, des veillées aux bougies, des spectacles de sosies…
Mais comment expliquer cette adhésion pour qui n’est pas américain ?
Contrairement à beaucoup de pays occidentaux, les Etats-Unis ont la faculté d’exporter leurs modèles culturels, même lorsqu’il s’agit comme ici d’un produit régional, localisé dans le Tennessee. Ce sont des enjeux industriels énormes et évidents. Mais qu’Elvis puisse aujourd’hui toucher et fasciner Samira, une des jeunes filles que j’ai interviewé pour mon dernier livre, c’est plus subtil. Bien sûr Samira ingurgite comme n’importe qui la puissance de diffusion du modèle américain. Mais pour cette jeune Algérienne, née en France, élevée en Algérie, il y a aussi un phénomène d’identification protestataire. Tout d’un coup, avec Elvis, elle trouve un autre modèle qui lui permet de tourner le dos à des pans entiers de sa culture et de son éducation qui ne le lui conviennent pas, notamment une vision conservatrice du rôle des femmes. Sans forcer le trait, Elvis permet le féminisme de Samira.
Dans Au Nom du King, vous parlez du rejet par les Noirs du culte Elvis. Est-ce une culture blanche ?
À Graceland en 1997, pour les vingt ans de sa mort, je n’ai vu quasiment que des Blancs, plutôt des quinquagénaires issus de milieux populaires. A trois kilomètres de là, il y a des quartiers noirs où on déconseille de s’aventurer. Ces deux populations ne se rencontrent pas. A Graceland, on sent effectivement un rejet des Noirs. Certains disent qu’Elvis est le trait d’union entre les Blancs et les Noirs, une sorte de fédérateur ayant aidé à populariser Chuck Berry et Fats Domino. Mais pour beaucoup, il a spolié la culture noire pour en tirer des dividendes. C’est Sam Philips, le patron des disques Sun, qui prophétisait : «Si je pouvais trouver un Blanc qui ait le son noir et la sensibilité noire, je pourrais gagner un million de dollars.» Il ne s’est pas trompé. Graceland est en pleine expansion et c’est un des sites touristiques les plus visités aux Etats-Unis.

_________________
c'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches
Victor Hugo

https://www.facebook.com/patvar.inco
http://www.dailymotion.com/patvar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/patvar
mimi2

avatar

Nombre de messages : 2914
Age : 65
Localisation : six fours les plages
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: 16 AOUT 1977   Mer 22 Aoû 2007 - 17:12

MOI JE TROUVE PAT QUE TU DEVRAIS T'HABILLER EN ELVIS , CAR IL Y A UNE PETITE RESSEMBLANCE JE TROUVE, SURTOUT DANS LE DEHANCHEMENT LORSQUE TU BOUGES DERRIERE TA CAISSE !!! Very Happy geek

En attendant bravo pour ces commentaires. J'adore ELVIS (DEBOULON,c'est son vrai nom de famille)... affraid

A bientot, LOVE ME TENDER clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 16 AOUT 1977   

Revenir en haut Aller en bas
 
16 AOUT 1977
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma vespa spécial de 1977
» 11ème BCA - 13 aout 1914 - Col du Calvaire (Haut Rhin)
» Fornoise Festival - 19 au 21 aout - Pully
» Martin (1977)
» Course d'ouverture du MRCL le 29 AOUT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pourquoi pas? :: Pourquoi pas?-
Sauter vers: